Construisons la transition

écologique et sociale

Construisons la transition

écologique et sociale​

De nouvelles solidarités à Saint-Maur [Programme complet]

Préambule

Saint-Maur : ville riche dont le potentiel fiscal est sous-utilisé, ville avec des ménages aisés dont la proportion augmente ces dernières années, donnant lieu à un revenu médian nettement plus élevé que la moyenne et dotée d’un patrimoine important (du temps de l’ISF une des 15 premières villes d’IdF quant à la proportion de redevables par rapport à sa population, soit 3,7% ).

Pour autant, 45% des ménages sont sous les plafonds PLUS, 8% sous le seuil de pauvreté, avec une répartition géographique très hétérogène dans la ville (35% aux Rives de la Marne). 

La ville recèle très peu de mixité sociale à l’échelle de ses quartiers, de ses rues ou même de ses bâtiments : il y a des poches de pauvreté concentrées, particulièrement aux Rives de la Marne

 -quartier qui a été reconnu QPV (quartier Politique de la Ville)  par l’état- et plus généralement à La Pie et St-Maur Créteil.

Cette absence de mixité sociale dans l’habitat  se reporte dans les établissements d’enseignement : école des Chalets, collège Rabelais, voire lycée professionnel Gourdou Leseur, accueillent des enfants et des jeunes  ayant une histoire différente de  ceux des autres établissements.

Les capacités d’hébergement des personnes en difficulté sont faibles, tout comme en accueil de jour, malgré un nombre non négligeable de SDF.

A l’exception d’une offre caritative très réduite, il n’existe pas de soupe populaire.
Seule l’épicerie solidaire accueille pour une durée limitée les personnes préalablement présentées par les services sociaux et sous condition d’une ancienneté minimale à St-Maur et d’un projet de vie.

Les associations caritatives ou d’accès aux droits ne sont pas vraiment soutenues pour permettre leur développement en termes de services rendus.

Les actions sociales de la ville sont bien plus développées vis à vis des seniors et du grand âge en termes de tarification, d’offre culturelle et de lutte contre l’isolement avec les événements et cadeaux classiques pour cette population.

Introduction 

La dimension « solidarité » se retrouvera au centre des projets et initiatives afin que les Saint-Mauriens se l’approprient et que le « bien vivre à Saint-Maur » se conjugue avec cette dimension sociale du « bien vivre ensemble ».

Il s’agit de mettre en place une politique qui décloisonne et évite la marginalisation : « les pauvres » d’un côté et les autres…, la mixité sociale étant une richesse et non une difficulté, afin de créer une véritable communauté de citoyens riche des diversités. On apprend beaucoup des rencontres avec des personnes ayant un parcours différent du notre, c’est un enrichissement mutuel qui peut (devrait?) exister dès l’enfance . Cela permet de réduire la peur de l’autre car il n’est plus un inconnu pour nous)

La cohésion sociale et la lutte contre la marginalisation ne sont possibles que par une politique d’aller vers les personnes en difficulté, tant de la part des services sociaux que de la part de la société civile, individu, entreprise, association.

La démarche pédagogique à l’intention de toute la population est donc essentielle pour sensibiliser, et mobiliser dans l’accompagnement des personnes en difficulté, sachant que la première cause de l’exclusion est l’inaccessibilité aux droits fondamentaux.

Les moyens à mettre en œuvre 

1   Sensibilisation des saints mauriens à l’intérêt d’une politique de solidarité

  • Mise en place d’un plan d’action, structuré, coordonné pour une politique globale touchant tous les aspects de la vie et accessible à tous les citoyens, 
  • Rendre cette politique lisible aux Saint-Mauriens par une communication claire et exhaustive et des services facilement accessibles, dès l’accueil des nouveaux saint-mauriens avec la création d’un livret d’accueil sur les droits fondamentaux,
  • S’appuyer sur les solidarités citoyennes déjà organisées ou émergentes, et développer la pédagogie pour lutter contre les idées reçues, par une rubrique régulière relative à la pauvreté, à l’immigration, au logement social, (inclue également dans un Livret d’accueil des nouveaux saint-mauriens), 

2   les partenaires de notre politique de solidarité

  • Renforcer le rôle du du CCAS en augmentant les subventions communales
  • Soutien renforcé aux associations dédiées à la solidarité, en facilitant leurs modalités de fonction-nement (équipement et matériel mis à disposition dans une Maison des associations), en leur octroyant les moyens financiers adaptés aux besoins sociaux, en facilitant leur communication.
  • Développement des partenariats avec toutes les parties prenantes, services de l’Etat et autres collectivités, entreprises, bailleurs sociaux, associations, pour détecter et aller vers les ménages en difficulté afin de proposer un accompagnement adapté.
  • Adhésion à l’ANVITA, Association Nationale des Villes et Territoires d’Accueil,

2   les moyens humains et financiers mis en oeuvre

  • Budget d’investissement dédié à augmenter,
  • Réaffecter et former des agents municipaux  pour les actions dédiées aux solidarités,
  • Tarification  adaptéeen fonction des revenus des foyers pour les activités des associations subventionnées et services publics. 

Contribuer à l’accès aux droits  par une offre de services adaptés aux besoins et aux ressources : existence de l’offre et tarification adaptée.

Droit à un logement accessible :

  • Développer la mixité sociale dans tous les quartiers et afin de faire progresser rapidement le taux de LLS vers les 25%, cf note sur le logement
  • Renforcer le service logement afin de développer les services rendus aux familles en termes d’accompagnement dans les démarches et la prévention des expulsions en partenariat avec les bailleurs publics et privés,
  • Aller vers les ménages les plus défavorisés par l’augmentation des moyens humains, financiers  et de compétence du CCAS,
  • Postuler à l’experimentation de l’encadrement de loyers
  • Soutenir particulièrement la maîtrise d’ouvrage d’insertion par le logement afin d’offrir un parcours vers le logement autonome des personnes les plus éloignées, (AVDL?)
  • Développer les capacités d’accueil inconditionnel en hébergement  (dans l’aide d’urgence)
  • Développer des structures d’hébergement dans les secteurs très déficitaires : FJT, appartements relais pour femmes victimes de violence, pension de famille,
  • Prise en compte de l’habitat dégradé pour les propriétaires aux revenus très modestes,
  • Développer la lutte contre la précarité énergétique en lien avec tous les partenaires sociaux, fournisseurs, et l’Etat (complément au chèque-énergie)

Droit à la mobilité 

  • Prendre toutes les mesures nécessaires à la mobilité des personnes en situation de perte d’autonomie : 
    • Installation de 500 bancs le long des voiries,
    • Réappropriation de tous les trottoirs avec extension de leur largeur quand nécessaire, 
    • programmer l’Adaptation de tous les carrefours et feux tricolores aux personnes en situation de handicap,
    • Création de places de stationnement PMR pour atteindre 6% des places,
  • Création de 2 lignes de navettes municipales pour les quartiers les plus mal desservis par les transports en commun,
  • Création d’une vélo-école pour adultes,

Droits à la citoyenneté

  • Renforcement des services publics communaux et contribution au maintien de la proximité et de la qualité de tous les services publics,
  • Lutte contre la fracture numérique par la création d’un service d’accompagnement à la maison actuellement prévue pour les seuls seniors,
  • Renforcement des moyens d’accompagnement administratif des personnes non autonomes (Ecrivain public) et de la communication relative à la Maison de la Justice et du Droit à Champigny,
  • Programmer la mise en œuvre de l’accessibilité aux personnes en situation en perte d’autonomie de tous les bâtiments communaux,
  • Assouplissement des exigences relatives à la domiciliation par le CCAS, et mise en place d’une bagagerie pour personnes à la rue et service de conservation numérique confidentielle des pièces administratives,

Droit à la santé

  • Prévention des addictions dès le plus jeune âge jusqu’à l’adolescence
  • Ouverture d’un centre de santé pluridisciplinaire conventionné
  • Développement des moyens de détection et d’accompagnement des ménages en précarité énergétique cf note sur le logement
  • Développement des moyens de détection et d’accompagnement des ménages habitant en logement insalubre cf note sur le logement
  • Développement des moyens de prévention de l’obésité par le soutien aux associations dédiées, par des actions spécifiques notamment aux Rives de la Marne, 

Droit à l’éducation et à l’épanouissement des enfants et des jeunes

  • Insitation et soutien à la Création de plusieurs crèches familiales, municipale et associative (parentale)selon le besoin de chaque quartier, et adaptation des horaires pour les familles en travail précaire ou recherche d’emploi,
  • Refondation de la grille de quotient familial et de la tarification des activités périscolaires, cantine et étude du soir, pour une meilleure adaptation aux ménages les plus modestes (2 premiers quotients),
  • Développement de l’accompagnement des enfants en difficulté et soutien aux associations dédiées,
  • Etude d’une offre alimentaire matinale à l’école,
  • Création de plusieurs Cityparks
  • Extension des plages horaires des stades sportifs 
  • Adaptation des tarifications des activités sportives en fonction des ressources des familles en contrepartie des subventions octroyées,
  • Développement de la communication et des moyens financiers consacrés aux aides pour l’accès à la pratique sportive,
  • Etendreet  conforter les séjours pédagogiques en classes de découverte pour le départ de toute une classe d’âge (1 ou 2 départs),

Droit à l’intégration

  • Développement des offres d’alphabétisation et autres services vis à vis des allophones et étrangers et soutien aux associations contribuant à leur insertion,
  • Développement des Bourses au permis pour les jeunes en difficulté, 
  • Lutte contre l’isolement des personnes âgées à domicile (participation de la société civile)
  • Participation des étrangers aux élections locales par l’organisation d’une représentation communale consultative
  • Soutien au parcours d’intégration des migrants en favorisant leur accueil par la population, cf note sur le logement
  • Augmentation du nombre d’emplois TIG – Travaux d’intérêt général – au sein de la municipalité contribuant à la réinsertion des sortants de prison,

Droit à la culture 

  • Soutien financier et diffusion des offres de 
  • Tarification adaptée de l’offre communale pour les contribuables non imposables,
  • Tarification adaptée de l’offre associative pour les contribuables non imposables, en contrepartie des subventions octroyées,
  • Décentralisation de l’offre culturelle pour aller vers les populations éloignées, et soutien aux artistes de rue,

Droit aux vacances

  • Création d’un guichet unique pour l’accompagnement au départ en vacances des familles primo-partantes, avec mobilisation des partenaires pour les aides au départ,
  • Extension des aides au départ pour les enfants des ménages modestes,
  • Soutien aux associations dédiées à la mise en œuvre du droit aux vacances 

Droit à la sécurité 

  • Lutte contre les discriminations à l’école, 
  • Création d’appartements relais pour les femmes victimes de violence et formation spécifique de la police municipale pour accueil des plaignantes, cf note sur le logement

Droit à l’emploi 

  • Respect et dépassement du taux obligatoire d’emploi des personnes en situation de handicap soit 6%
  • Contribuer au développement de stages dans les entreprises saint-mauriennes au bénéfice des jeunes en difficulté,
  • Confortation des associations ou entreprises d’insertion, notamment saint-maurienne, et incitation à d’autres initiatives,

Droit aux besoins vitaux

  • etude en lien avec le SEDIF d’une tarification progressive de l’eau potable en fonction de la consommation avec un forfait gratuit de 40l par jour et par personne
  • Assouplissement des conditions d’accès à l’Epicerie solidaire et mise en œuvre d’un partenariat avec une association de distribution de repas
  • Mise en œuvre de maraudes en vue de répondre aux besoins des personnes à la rue, cf note sur le logement
  • Organisation d’un premier accueil pour réponse aux besoins vitaux puis orientation des migrants Mineurs isolés Non accompagnés,

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles récents

odio amet, Praesent accumsan Aenean ut libero tempus felis