Construisons la transition

écologique et sociale

Construisons la transition

écologique et sociale​

Face à la crise à laquelle font face nombreux Saint-Mauriens : une rentrée sociale et solidaire.

La crise sanitaire sans précédent de cette année 2020 a considérablement affecté l’économie francilienne. Avec des pertes d’emploi record, un accroissement de la précarité des personnes et des nouveaux publics fragilisés, s’en suit une terrible crise sociale. Le risque de délitement du tissu social est réel, et appelle à une vigilance et des réponses inédites pour prendre en charge les populations vulnérables.

Les mesures d’accompagnement mises en place par les travailleurs sociaux de la Ville de Saint-Maur pendant la crise et qui se poursuivent, ont permis de constater, outre une forte demande d’accompagnement, un besoin d’écoute de la part des personnes frappées par la crise sanitaire et économique, une relation d’accompagnement plus fondée sur la confiance et moins sur le contrôle.

Ces constats amènent une réflexion sur les nouveaux modes possibles d’accompagnement, d’autant plus nécessaire auprès de publics nouveaux précarisés depuis la crise.

En effet, 8% de la population de notre ville est sous le seuil de pauvreté. Elle concentre également une part importante d’étudiants, de micro-entrepreneurs ou d’artisans… des publics qui n’étaient auparavant pas toujours sujets à un accompagnement ou une intervention sociale.

Des actions supplémentaires ambitieuses doivent donc être menées, en termes d’accès aux droits, d’accompagnement adapté auprès des publics les plus fragiles, d’inclusion, de mobilisation des différents acteurs – entreprises, état, associations – et d’une meilleure information délivrée auprès des saint-mauriennes et saint-mauriens sur l’offre sociale.

Nous devons réaffirmer une mise en place d’un plan d’action global touchant tous les aspects de la vie dans le but d’améliorer l’accès aux droits fondamentaux des personnes les plus précaires. 

La Mairie doit débloquer davantage de moyens pour le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) afin de le renforcer, pour faire face aux besoins sociaux non satisfaits (ex : petite enfance, transport, santé, emplois d’insertion, logements, etc.). Nous devrons également développer les partenariats avec toutes les parties prenantes, services de l’État et autres collectivités, entreprises, bailleurs sociaux, associations, pour détecter et aller vers les ménages en difficulté afin de proposer un accompagnement adapté. 

Nous devrions assurer dès la rentrée une adaptation du prix des activités (associatives, périscolaires, culturelles, sportives) en fonction des revenus des foyers. Pour les jeunes en difficultés, nous devons développer des bourses au permis.

Nous demandons également une aide renforcée aux associations dédiées à la solidarité et à la lutte contre l’exclusion, qui se sont avérées être des acteurs incontournables pendant le confinement, afin de simplifier leurs modalités de fonctionnement (locaux, équipement, subventions, communication). Ces associations sont délaissées depuis de nombreuses années et peinent aujourd’hui à assurer une activité régulière du fait d’un manque de moyens et d’attention de la part de la Ville.

Enfin, nous devons nous doter d’une stratégie ambitieuse de sensibilisation de l’ensemble des habitants de Saint-Maur pour lutter contre le non recours aux aides et à l’action sociale et de solidarité de l’ensemble des acteurs. Il faudra pour cela s’appuyer sur les solidarités citoyennes déjà organisées ou émergentes, et développer la pédagogie pour lutter contre les idées reçues, par une rubrique régulière relative à la pauvreté, à l’immigration, au logement social, (incluse également dans un Livret d’accueil des nouveaux saint-mauriens). 

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles récents

luctus dolor. suscipit lectus at ut